[Explore l’histoire et les trésors des Hauts de France] #01 une base secrète à Mimoyecques ?

Un dimanche sous la grisaille ? Une journée de RTT ? Un long week-end ? Et si on en profitait pour découvrir ou redécouvrir un bout de l’histoire de notre région et explorer un site patrimonial ? C’est un peu l’idée de cette nouvelle série d’articles, modestement intitulée « Explore l’histoire et les trésors des Hauts de France» (désolée je compose avec le nom quelque peu encombrant de notre nouvelle région ?!.)

Chaussez vos chaussures de randonnée, attachez vos K-way à vos ceintures, branchez votre GPS, chargez vos lampes de poche ! Vous êtes fin prêt pour venir explorer la base secrète V3, de son nom officiel : la Forteresse de Mimoyecques.

  • Une base militaire avec une localisation choisie

Située dans le hameau du même nom, sur la petite commune rurale de Landrethun-le-Nord, non loin de Marquise, cet endroit est totalement perdu au milieu de la campagne et totalement isolé (pour un lieu secret, ça peut être pratique). Il n’en est pas pour le moins, le témoin d’une page importante de notre histoire. La forteresse de Mimoyecques est une base militaire souterraine, imaginée par les nazis durant la seconde guerre mondiale.

Le site retenu par Hitler est celui de Mimoyecques. Le lieu est légèrement reculé dans les terres, et à une distance relativement proche de Londres, en tout cas suffisamment pour que l’offensive atteigne sa cible. Qui plus est, la topographie et géologie des lieux sont plutôt avantageuses pour l’établissement d’un tel site : le massif crayeux naturel étant assez important et assurant la protection de la bombe à haute pression imaginée par Speer.

IMG_5113web
Le massif crayeux perçée, l’entrée dans la forteresse de Mimoyecques s’effectue par ici.
  • Le projet : la construction du canon de Londres

Aussi surnommée le « site du canon de Londres », cette base construite dans la plus grande discrétion par des travailleurs forcés et ouvriers allemands sous la direction du Reich, a été imaginée par Hitler lui-même en 1943. L’idée est assez simple : affaiblir les forces alliées et en particulier le Royaume-Uni en installant au plus près de nos côtes une base à partir de laquelle le canon V3 aurait été capable d’envoyer jusque 1 500 obus par jour sur la ville de Londres.

Le missile V3, armes de représailles d’une armée dont la situation se détériorait, ne pouvait être déplacé et nécessitait un site fixe, incliné et souterrain (histoire de ne pas être repéré et de protéger le matériel !). Ce type de canon mesure environ 127m de long et devinez combien mesure la colline calcaire de Mimoyecques ? 158 mètres de haut. Décision est prise par Hitler, en septembre 1943 la construction du complexe démarre, les premiers puits sont creusés, des voies ferrées secondaires installées afin de ravitailler le site. Une entreprise parallèle à celle-ci est également entreprise mais est vite abandonnée.

IMG_5118web
Un aperçu du lance-missile
  • Suspicions de l’existence de la base secrète V3 par les Alliés et ripostes de la Royal Air Force

Très vite, la rumeur d’une grande offensive est rapportée par des soldats français aux militaires britanniques, qui réalisent alors des vues aériennes le long des côtes et découvrent une activité anormale dans le hameau de Mimoyecques : des voies ferrées qui mènent à des tunnels, puis l’excavation de puits dans les collines. Pour l’anecdote, un coup de vent a sûrement déplacé le foin servant à dissimuler l’un des puits, permettant ainsi à un analyste de deviner un puit avec système de poulies et probablement, une construction plus importante.

A partir d’octobre 1943, si les Alliés ne comprennent encore que très peu la portée et l’ampleur du site, les soupçons sur son importance sont réels, à tel point que dès novembre, les premières offensives de la Royal Air Force démarrent, sans grand succès. Les bombardements n’ont fait que retarder le projet. L’attaque qui mit réellement à mal ce sombre projet, a eu le lieu le 6 juillet 1944, lorsque la Royal Air Force a bombardé le site à coup de bombes perforantes Tall Boy, causant l’effondrement de certaines galeries (dans lesquelles ont péris 300 allemands et travailleurs forcés). Les raids se sont poursuivis jusqu’au 12 juillet. Plus qu’aucun autre site, la base de Mimoyecques aura connu le largage de nombreuses bombes, aujourd’hui estimé à 4 100 tonnes.

IMG_5120web
Une vue intérieure de la base v3
  • Après la guerre : oubli du site, champignonnière et mémorial

Laissé à l’abandon après la guerre, l’équipement du site dé-feraillé est resté longtemps à l’abandon. Une agricultrice a d’ailleurs profité des tunnels demeurés accessibles pour y cultiver des champignons à la fin des années 1960. Finalement, cette même personne, sans doute touchée, par la lourde mémoire des lieux s’est battue pour sortir de l’oubli cette partie de notre histoire collective en créant une S.A.R.L avec l’objectif de créer un mémorial. Fermée en 2008 suite à son départ en retraite, la forteresse de Mimoyecques rouvrira ses portes quelques temps plus tard grâce à l’association du Conservatoire d’espaces Naturels du Nord Pas de Calais. Les lieux présentent un intérêt environnemental certains avec, notamment, de nombreuses colonies de chauve-souris (dont une petite qui pèse à peine 20 grammes… Vous imaginez?).

IMG_5115web
Couloir de services du site du canon de Londres

Envie d’aller visiter la Forteresse de Mimoyecques ? Quelques conseils ?

L’arrivée sur le site est très bien indiquée. Suivez les flèches, pas besoin de GPS. L’accueil est au top et m’a donné envie de profiter dans un avenir proche d’une visite guidée, et notamment des zones interdites ! En visite libre, les 600m de souterrain accessible sont ponctués de monuments aux morts et panneaux explicatifs très bien conçus qui satisferont à la fois les petits appétits d’histoires et les plus curieux. Une partie des 127m de long d’un des canons v3 est visible et c’est franchement impressionnant de réaliser la taille d’un tel équipement ! Je vous laisse avec un lien vers le site du canon de Londres où vous pourrez trouver informations pratiques ainsi que dates et horaires des visites guidées !

Munissez vous d’une polaire et de chaussures confortables et n’hésitez pas à me dire si l’article vous a plu et si vous avez déjà visité le lieu !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s