Galère de photographes : trier, classer, archiver les photographies numériques

S’il y a bien un sujet qui est souvent abordé en matière de photographies numériques, c’est sans doute celle de l’organisation à adopter pour ne pas perdre ses souvenirs dans les méandres d’un ordinateur en rade !
M’étant lancée dans une grande opération de sauvegarde et classification de mes images, je profite d’un article pour partager avec vous quelques conseils, glanés ici et là au fil de mes expériences et de mes lectures sur le web.

  • Ne pas se la jouer Lucky Luke du déclenchement

Le numérique a changé notre manière de consommer de l’image et surtout de faire une photographie. On connaît tous au moins quelqu’un qui photographie tout en permanence, qui mitraille tout et n’importe quoi  (salut Tata Odette ! Tu sais le gâteau, il est plus bon que beau !) lors d’un événement particulier, et vous savez quoi ? ça ne sert à rien, mis à part à accumuler des centaines ou des milliers de clichés qui ne seront jamais valorisés et finiront un jour par totalement disparaître… et puis avouons-le nous, c’est bien aussi de profiter des choses avec nos propres yeux et de faire travailler un peu sa mémoire.
Et oui avec le numérique, déclencher, c’est facile et si l’image n’a pas grand intérêt, ça n’a aucune incidence si ce n’est d’occuper de l’espace mémoire sur la carte mémoire ou l’ordinateur… Pas bien grave, mais pourquoi ne pas essayer de photographier moins pour photographier mieux !  Ma petite astuce, je préfère les cartes mémoires avec une capacité de stockage minimale. A la manière d’une pellicule, ça m’oblige à penser ma photographie et lors de voyages, mieux vaut perdre une carte qui ne contenait que peu de souvenirs, qu’une grande qui contenait la totalité du séjour.

  • Le conseil évident et pourtant : SUPPRIMER

Grâce au premier point, vous ne devriez pas vous retrouver avec une trop grande quantité d’images inutiles ou inexploitables lors du transfert des fichiers sur votre ordinateur… Et pourtant, je ne saurais que trop vous conseiller de regarder une à une toutes les photographies importées depuis votre carte et de supprimer dès à présent celles qui seront inexploitables car floues, surexposées ou sous-exposées, où le portrait peu flatteur de José alcoolisé. Si malgré le premier point de cet article, vous ne pouvez vous empêcher de photographier 50 fois le même moment ou le même sujet en deux minutes top chrono, je vous conseille de ne garder que la meilleure image et supprimer les autres (et pourquoi ne pas faire un petit retour (ou une plongée) à l’argentique pour perdre cette vilaine manie ?!).

  • Organisation et classification

Alors le secret d’un archivage facile de ses photographies, c’est de bien les classer. Cette étape peut intervenir avant le premier point de cet article ou après le traitement ou la retouche de vos images. En matière de classification, il n’y a de recettes idéales. Chacun doit trouver la méthode qui lui convient le plus. Le mieux à mon sens reste toujours d’avoir un grand dossier qui nous sert de grand tiroir avec les images en haute définition puis un autre grand dossier où vous pouvez enregistrer une copie de vos photographies en résolution moyenne pour un usage internet (facebook, instagram, blog, mail… si ça ne doit pas être imprimée mais visionner rapidement sur écran, rien ne sert d’avoir des photos qui pèsent lourds). Dans ces deux grands dossiers, vous pouvez incorporer autant de dossier que nécessaire.
De mon côté, j’ai longtemps classé mes photographies dans un dossier par catégorie et je mélangeais alors fichier en haute résolution et basse définition (j’ajoute la mention « web » dans le nom du fichier)… mais je trouve cette manière de faire moins pratique aujourd’hui. Désormais, c’est le principe des deux grands dossiers. Et dans chaque grand dossier, un sous dossier portant le nom de la séquence photo de manière simple et explicite. J’ajoute également des mots clés à mes fichiers photos, cela me permet de les retrouver rapidement si besoin.
Peu importe la méthode, il s’agit de la trouver et de s’y tenir.

  • Sauvegarder, oui mais ne pas oublier de VALORISER vos images.

Maintenant que vos fichiers sont rangés dans des dossiers, vous n’avez plus qu’à en effectuer une ou plusieurs sauvegardes. L’idéal est d’en conserver une copie sur un autre support de suite, mais soyons honnêtes… Nous sommes peu à le faire systématiquement. C’est une question de discipline et la discipline parfois c’est bête et ennuyeux ! Une fois la sauvegarde effectuée, je pense qu’il est bon de jeter un œil de temps à autres aux fichiers conservés pour s’assurer de leur bonne préservation et si besoin de les copier sur un autre support, le faire.   Pour ma part, je ne sauvegarde que les images en haute résolution, ainsi que les fichiers bruts de capteur (triés au préalable).

Bon maintenant, vous êtes sur la bonne voie pour conserver vos photographies pour longtemps… mais n’oubliez pas que le matériel informatique évolue vite et devient vite obsolète, aussi pour ne pas se perdre dans les méandres de pixel, il convient de valoriser vos photographies en les rendant matérielles, palpables. Pour cela, une seule solution : le développement, l’impression car peu importe l’époque nous serons toujours en capacité de prendre un papier pour regarder une image. Les sites vous proposant des tirages à prix intéressant sont nombreux, de même penser aux livres photos et pour les plus manuels : un peu d’huile de coude et de créativité, on peut même fabriquer soi-même de très chouettes albums ou pêle-mêle !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s